Histoire de l’Australie

abobo

Histoire de l'Australie

Venus d’Asie, les Aborigènes se seraient installés en Australie il y a 40 000 à 60 000 ans ; leur nombre atteint alors 300 000 individus et 1 million lorsque les premiers Européens parvinrent sur le continent au XVIIe siècle.

 

La venue des européens

 

C’est en 1522 que l’explorateur Portugais Cristóvão de Mendonça découvre l’Australie. Il faudra attendre le 17ème siècle pour que les autres européens s’intéressent à l’Australie. Les hollandais puis les espagnols. Les premiers explorateurs britanniques sont William Dampier (pour l’Angleterre) sur la côte ouest en 1688 et le lieutenant James Cook qui, en 1770, prend possession aux deux tiers de l’île pour le Royaume de Grande-Bretagne. Déclarant à Londres que l’Australie est inoccupée, ils établissent une colonie pénitentiaire. La proclamation sera annulée par la Haute Cour en 1992. Les premiers contacts réguliers entre les Européens et les Aborigènes datent de l’arrivée de Phillip en 1788. Estimés à 350 000 personnes au moment de leur l’arrivée, les autochtones sont maltraités, chassés de leurs lieux de vie, voire exterminés. Leur nombre déclina dans les 150 ans qui suivirent cette arrivée par l’introduction de nouvelles maladies infectieuses et par le changement de mode de vie imposé par les européens. Aujourd’hui la population aborigène a grandement chuté. On ne compte plus que  470 000 aborigènes contre 22 millions d’australiens.

 

djridoL’autorité britannique

Au cours de la période allant de 1855 à 1890, les six colonies de la couronne deviennent chacune l’une après l’autre une colonie autogouvernée, gérant ses propres affaires. La loi britannique est adoptée dans chaque colonie, lorsque le Royaume-Uni autorise chacune à se doter d’un gouvernement responsable. Malgré son économie fortement rurale, la population australienne reste fortement urbaine, se concentrant surtout dans les villes de Melbourne et de Sydney. Le 1er janvier 1901, la fédération des colonies est achevée et le Commonwealth d’Australie naît, avec comme Capitale Melbourne. En 1911, la Capitale fédérale sera Canberra. Bien que l’Australie soit devenue indépendante, le gouvernement britannique garde quelques pouvoirs. L’Australie est une monarchie constitutionnelle dont Élisabeth II est la reine. En 1999, un référendum est tenu sur la question d’une modification constitutionnelle pour faire du pays une république afin que la reine du Royaume-Uni ne soit plus la chef d’État de l’Australie mais la majorité des australiens ont voté « non ».

Histoire de l’Australie de -60 000 ans avant notre ère jusqu’à 1900 

http://www.youtube.com/watch?v=GtSgJulvBkQ

40 000 à 60 000 avant notre ère, les premiers flux de migration arrivèrent sur le continent australien. A cette époque, la Tasmanie, l’Indonésie et la Nouvelle Guinée étaient fusionnées à l’Australie. Ces territoires se séparèrent il y a 13 000 ans suite à la fin de la période glaciaire Les aborigènes furent la première civilisation qui vécue en Australie.

Pendant près de 50 000 ans, les aborigènes vécurent seuls. Les tout premiers explorateurs étaient des marins indonésiens qui venaient pêcher le long des littoraux australiens. Ce n’est seulement qu’en  1606 que le premier explorateur hollandais Willem Janszoon, découvrit le continent. Beaucoup d’autres explorateurs suivirent ensuite, la plupart d’origine hollandaise. Ainsi au XVIIIème siècle, les côtes Ouest et Nord furent cartographiées. Ce nouveau territoire fut appelé la Nouvelle Hollande. En 1770, le célèbre explorateur James Cook explora la côte est et la cartographia à son tour. Il écrivit d’ailleurs ses impressions sur le peuple aborigène : « en réalité ils sont bien plus heureux que nous européen. Ils vivent dans la tranquillité qui n’est pas troublée par l’inégalité de la condition. La terre et la mer leur fournissent toutes les choses nécessaires pour vivre». Ce sont pour ces paroles élogieuses et pour des problèmes de surpopulation que l’empire britannique décida d’installer de nouvelles colonies en Australie. Ainsi le 13 mai 1787 la First Fleet de la Royal Navy quitta Porstmouth en direction de Botany Bay, baie situé non loin de Sydney. C’est en 1788 que la première colonie britannique s’installa en Australie. Elle se servit de cette colonie située à Sydney afin d’installer un camp de détenus pour prisonniers. Ce centre à l’origine accueillit 736 prisonniers. Ces premières années furent laborieuse. On les appela les « années famine » en raison des mauvaises techniques et outils en agriculture et donc au manque de nourriture. En mois d’un siècle, l’empire Britannique exila plus de 160 000 prisonniers. Le gouverneur Arthur Phillip eut pour mission d’élaborer un climat de confiance entre les colons et les aborigènes. Seulement l’arrivée des colons en Australie eut des effets dévastateurs pour les peuples indigènes. Les aborigènes n’étaient pas préparés aux maladies européennes. Ils furent décimés dans un premier temps à cause de ces dernières.

Les hostilités commencèrent  lorsque Pemulwuy, jeune aborigène, décida de mener la révolution et de lutter contre l’expansionnisme britannique. Il fut considéré comme la première figure emblématique de la résistance aborigène mais fut finalement abattu en 1802. Il fut le premier à tuer un colon anglais qu’il accusait d’avoir tué des aborigènes sans raisons. En parallèle, Lachlan Macquarie, gouverneur de 1810 à 1821 fut l’initiateur d’une idée qui allait révolutionner la vie des pénitenciers. En effet, lorsque chacun des détenus finissait sa peine, il réintégrait la société avec la même fonction qu’il exerçait en Angleterre avant d’être arrêté. Les camps pénitenciers devinrent alors aussi camp civil.

Les différents états et territoires d’Australie furent créés pendant la colonisation britannique. En effet, la Tasmanie fut colonisée en 1803, l’Australie Occidentale à partir de 1829, et à partir de la Nouvelle Galles du Sud, trois autres états virent le jour : l’Australie Méridionale en 1836, le Victoria en 1851, et le Queensland en 1859. Le Territoire du Nord ne vit le jour qu’en 1863. Le XIXème siècle fut une période de grandes explorations à l’intérieur du continent. Matthew Finders fut l’un d’entre eux. Il fut accompagné d’un aborigène venant de Sydney et fut le premier à suggérer le nom « Australie ». Les explorateurs souffraient pour la plupart de maladies ou alors mourraient de famine ou de déshydratation. Durant ces phases d’explorations, la colonisation continuait d’avancer sur les terres.

Les hostilités devenant de plus en plus sanglantes. En Tasmanie, la « Guerre Noire » fut une période de vols, incendies et meurtres. La population aborigène estimée environ à 6000 en 1803 chuta rapidement à 300 en 1834.

 

massacreLe rôle de Protecteur des Aborigènes  fut créé en 1838 par la Chambre des communes du Royaume-Uni. Ce rôle exista jusqu’en 1970 et avait pour mission de veiller aux droits des aborigènes, de lutter contre la violation de leurs terres et de condamner toutes cruauté commise envers eux.

Un sentiment d’appartenance et une démocratisation des mœurs politiques naquirent dans les années 1850. A cette époque, la ruée vers l’or commença et attira énormément de foule. Suite à cette arrivée massive, la décision du suffrage universel dans l’état de Victoria fut appliquée. Ce fut le premier état à l’appliquer. Suivirent l’Australie Méridionale, la Nouvelle Galles du Sud dès le début des années 1850 Ces trois états appliquèrent le suffrage universel dans chacun de ses états pour les habitants mais aussi pour les indigènes vivant sur ces terres. Entre 1855 et 1890, les autres états devinrent à tour de rôle autonome. Ainsi, Queensland eu son autonomie en 1859, l’Australie Occidentale en 1890 et la Tasmanie en 1896. Cependant, ces trois états refusèrent le droit de vote aux indigènes. Concernant la justice, la loi britannique fut adoptée. De plus l’empire britannique se réserva le droit d’avoir le contrôle sur les affaires extérieures, la défense et le commerce extérieur. Concernant le droit de vote, celui-ci fut accordé aux femmes en 1884 dans l’état de Victoria.

Histoire de l’Australie de 1900 à 1945 

Durant le XXème siècle, de nombreuses négociations se déroulèrent entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie. La Nouvelle-Zélande refusa catégoriquement d’adhérer à la fédération australienne préférant garder son indépendance. Un nouvel état fédéral voit le jour le 1er janvier 1901 avec la construction de Canberra comme nouvelle capitale de l’Australie. La première séance parlementaire est ouverte le 9 mai 1927 sous le roi Georges VI. C’est lors de cette séance que l’Australie acquiert son indépendance totale que ce soit sur le plan des affaires intérieures ou extérieures. Plus tard, l’Australie participa à la première guerre mondiale. Elle envoya plus de 330 000 soldats qui se battirent aux côtés des soldats britanniques. Ces soldats étaient tous des volontaires. 60 000 d’entre eux périrent  à Gallipoli en Turquie. Cette bataille fut appelée plus tard « le baptême du feu en raison du grand nombre de morts et de la défaite. L’armée australienne fut constituée d’une armée de l’air : « l’Australian Flying Corps » ainsi qu’une flotte marine : la Marine Royale australienne. L’armée australienne fut importante vers la fin de la guerre notamment lors de la bataille d’Amiens en 1918. Cette victoire est la première de l’empire britannique. En 1919 et pour la première fois, l’Australie signe un traité de guerre, le traité de Versailles. Billy Hughes, premier ministre australien de l’époque se bat alors pour obtenir une ancienne colonie allemande et pour rentrer dans la Société des Nations.

 

billyLorsque la seconde guerre mondiale éclate, l’Australie envoie de nouveau son armée se battre aux côtés des britanniques. Menzies, premier ministre de l’époque partit plusieurs mois en 1941 rejoindre Winston Churchill afin de discuter stratégie. Seulement à son retour, Menzies avait perdu tout soutien. Il dut démissionner et laissa la place à Arthur Fadden, leader du « Country Party ». Après la défaite à Pearl Harbor, les forces australiennes sont rapatriées afin de se défendre des attaques japonaises. Malgré ce retrait, les forces japonaises s’emparèrent tout de même des forces du Commonwealth de Singapour. Les forces militaires continuèrent d’avancer jusqu’au jour où l’Australie du Nord fut bombardée. De ce fait l’Australie fut obligée de confier sa politique militaire vers les Etats-Unis. D’autant plus que l’empire britannique dans le Pacifique s’effondra. Le général américain Douglas Mac Arthur pris en charge les armées australiennes dans le périmètre Pacifique Sud-Ouest. Enfin, le 2 septembre 1945, le général Thomas Blamey signa les actes de capitulation du Japon au cours d’une cérémonie qui eut lieu à bord de l’USS Missouri le long d’une baie à Tokyo. La guerre permis à l’Australie de développer son industrie, de réduire le chômage, de laisser plus de place et d’importance à la femme et de s’ouvrir aux relations étrangères. Ainsi le 1er septembre 1951 à San Francisco est signé le pacte ANZUS (Australia, New-Zealand, United States). De plus, l’Australie va de plus en plus affirmer son indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni et se rapprocher des Etats-Unis qui lui ont été d’une précieuse aide pendant la guerre.

 

walk

L’Australie après la guerre 

Suite à la guerre, un programme d’immigration est lancé dans le but de contrecarrer toutes nouvelles menaces d’invasions. Le cas japonais ayant servi de leçon. Ainsi, plus de deux millions d’immigrés venant d’Europe, une bonne partie juifs, arrivèrent sur les terres australiennes. Au départ, il était prévu que cette immigration soit en grande partie britannique afin de préserver les modes de vies. Même si une majorité provenait  du Royaume-Uni, d’autres flux provenaient de l’Italie, de la Grèce, de l’Allemagne, de la Yougoslavie, et les Pays-Bas. Le programme d’immigration du pays va considérablement changer l’identité culturelle du pays. Le pays qui autrefois fermait ses portes aux pays européens et qui comptait une population essentiellement anglo-celtique se voit profondément changé. L’Australie devient alors un pays multiculturel.

En parallèle dans le cadre politique, le parti libéral fondé en 1945 par Robert Menzies fut vainqueur face au parti travailliste en 1949. Ainsi Menzies au pouvoir va initier une relation commerciale entre son pays et le Japon dans le but de s’éloigner toujours un peu plus du Royaume-Uni. Menzies va devenir la figure emblématique de la politique jusque dans les années 1960.

 

robertL’armée australienne fut envoyée sur le front lors de la guerre de Corée et du Vietnam car rappelons le, depuis la guerre et le pacte ANZUS, l’Australie et les Etats-Unis sont très liés.

Les années 1980 sont pour l’Australie une période de crise économique. Les conséquences de cette crise sont l’augmentation du chômage, l’augmentation des déficits publics, la privatisation de nombreux services publics. Le gouvernement Hawke va réussir à relever le pays à l’aide de réformes monétaires. Ces réformes s’inscrivent dans une logique d’austérité. En février 1999 est proposé à l’assemblée un référendum concernant la possibilité d’une république mais ce projet n’était pas approuvé, l’Australie demeure une monarchie constitutionnelle. Plus tard, avec l’arrivée au pouvoir du travailliste Kevin Rudd en 2007 (sortie du libéral Howard), quelques réformes vont naître. Il va tout d’abord ratifier le protocole de Kyoto et surtout annuler les précédentes réformes libérales concernant la législation du travail. Il s’excusera en 2008 auprès des aborigènes pour toutes les violences et maltraitances subies dans le passé.

En 2009, l’Australie est un des seuls pays à éviter la crise économique. Les bénéfices occasionnés par la politique de Howard sont transformés en déficit. Rudd démissionne et laisse sa place à Julia Gillard, première femme à la tête du gouvernement australien.

julia